français

Nouvel homme, nouvelle vie, musique nouvelle

Récemment, Karim Sahraoui s’apprêtait à abandonner définitivement la musique mais des événements providentiels l’ont ramené sur son chemin. «Je suis de retour, grâce à Dieu, je ne vois plus le présent comme avant » assure celui qu’on a connu sous les pseudos de Djinxx, Soul Monkey ou Electronic Resistance.

Aujourd’hui, celui-ci prépare sous son vrai patronyme la sortie de plusieurs projets sur Transmat, le label de Derrick May : une véritable renaissance.

Il s’agit effectivement d’un vrai « nouveau départ » pour le Français, qui a mis sa carrière entre parenthèses jusqu’en 2012 pour s’installer en Asie et tenter de nouvelles aventures. Une parenthèse à laquelle deux éléments distincts ont mis fin de manière irréversible.

Le premier est spirituel : en s’éloignant de ses bases et de ses habitudes occidentales, Karim s’est engagé dans une démarche spirituelle qui marque profondément sa musique aujourd’hui. Le DJ et producteur à la discipline de vie impeccable a trouvé dans la foi des réponses à ses réflexions entamées il y a plusieurs années sur la nature de sa musique et la scène des musiques électroniques.

Le deuxième est musical : c’est la rencontre marquante avec Derrick May.
Sur son mythique label, Karim Sahraoui a déjà sorti fin 2012 une paire de tracks (Mr TeleportationNightflow). Mais aujourd’hui le monument de Detroit parle de lui comme de la révélation de Transmat. Cette histoire commune s’est scellée en deux temps : recroisé en 2010 lors d’une date à Singapour, l’emblématique auteur de Strings of Life s’enquerrait de l’activité du frenchy, alors en plein doute. Deux ans après, contre toute attente et alors même que Karim était sur le point de laisser tomber la musique, l’icône de la house music reprend contact avec lui et confie son admiration pour ses nouveaux tracks, qu’il tient absolument à signer.

On n’impressionne pas facilement le DJ et producteur français, qui a créé une batterie de labels sous ses noms d’artiste, parallèlement à des sorties sur F… U F Com, Cocoon, Ovum ou Bedrock et contribué à révéler des musiciens comme Chymera ou Elias Landberg (plus connu désormais sous le nom de Skudge). Mais lorsqu’un de tes artiste préféré, qui a lancé des artistes aussi décisifs que Carl Craig, Stacey Pullen ou Kenny Larkin vient vous chercher, il est vain d’hésiter. Il est clair que Derrick May est un authentique mentor. Grâce à lui, Transmat est un vrai tremplin pour les artistes : Transmat ne signe pas de la musique, Derrick May signe des artistes !

Ce nouveau départ sous la bannière de Detroit correspond clairement à un nouvel état d’esprit pour Karim : « repartir sur ce label, c’est repartir à zéro » analyse-t-il radical.

Si Karim Sahraoui engage ce nouvel élan avec le dynamisme et l’enthousiasme qui le caractérisent, le savoir-faire et l’inspiration que l’on reconnaît au frenchy opèrent au maximum sur les épopées mentales et groovy Stella.

La montée irrésistible de Father’s Legacy installe ce track profilé dans une perspective quasi cosmique. Raisons de plus voir en Karim Sahraoui le nouveau chaînon reliant l’esprit la house originelle à un axe tech house inondant l’electronic dance music internationale, la dimension spirituelle en plus. C’est ce que Eternal Life Part 2 sur Transmat vont confirmer de manière éclatante.

english

New man, new life, new music.

Recently, Karim Sahraoui was ready to abandon the music industry for good until a fortunate turn of events completely changed his mind. « I am back, thank God, with a new perspective » says the man previously operating under the pseudonyms, Djinxx, Soul Monkey and Electronic Resistance. Today he’s working under his real name and is ready to release several projects under Derrick May’s label, Transmat.

This is a true renaissance for the Frenchman who had put his career on hold to pursue new horizons in Asia. However, it was during this time that two elements intertwined to change the course of his life.

The first was spiritual. Away from his normal environment and western habits, Karim embarked on a spiritual journey that has profoundly affected his music. The DJ and producer finally found answers to questions he had long initiated about his faith, the nature of his music and the electronic music scene.

The second was musical and the landmark encounters he has had with Derrick May : they met in Singapore in 2010 where the iconic author of Strings of Life enquired about Karim’s ‘journey’; and again two years’ later – just as Karim was at the point of giving up – Derrick got back in touch, full of admiration for his new tracks (Karim released Mr Teleportation and Nightflow in late 2012) and keen to sign him to his label.

The french DJ and producer is not easily impressed, he has created an array of work (such releases as Cocoon, Ovum, Delsin and Bedrock) and has helped to discover musicians such as Chymera and Elias Landberg (known as ‘Skudge’). So when your idol, who has launched artists including Carl Craig, Stacey Pullen and Kenny Larkin, wants to sign you to their label, it would be madness to hesitate. Derrick May is a true mentor and thanks to him, his label Transmat is a real springboard for artists.

This new start has clearly provided Karim with a whole new outlook on his music. « I feel like starting on this label is akin to starting from scratch » he says.

Karim Sahraoui has a new momentum, fed by the same dynamism for which he is known and using the know-how and inspiration which has singled out such epic works as Stella or Nightflow.

« Derrick understood that I had to travel far to create these new pieces. The result is that my music is much more free and I worry less about it because I feel as if I have less to prove »

Indeed, the irresistible rise of Father’s Legacy has an almost quasi-cosmic perspective, merging Karim’s newly-discovered links between the nature of original House music, the new Tech House flooding the electronic dance scene and his awakened spiritual dimension ; a view confirmed by the Eternal Life Part 2 on Transmat.